Accueil > Revue de web > Quand les salariés sont "fliqués" par leur employeur

Quand les salariés sont "fliqués" par leur employeur

Voir en ligne : Quand les salariés sont "fliqués" par leur employeur

Espionnage au bureau. Cela ressemblait à une boîte de suggestions. Tout ce qu’il y’a de plus normal...à une exception près : son emplacement au milieu du fumoir. Un jour, alors que les employés sont en pleine discussion, l’un d’eux renversa la boîte par inadvertance. Surprise  ! Une caméra était installée dans le boîtier.

Vidéosurveillance, écoutes téléphoniques, traces sur internet…, les dispositifs de surveillance se multiplient, conduisant parfois à des dérives. Le salarié est protégé et bénéficie dans certains cas du vide juridique, mais l’employeur ne peut rester neutre quand la pérennité de son affaire est menacée.

Cela ressemblait à une boîte de suggestions. Tout ce qu’il y’a de plus normal...à une exception près : son emplacement au milieu du fumoir. Un jour, alors que les employés sont en pleine discussion, l’un d’eux renversa la boîte par inadvertance. Surprise  ! Une caméra était installée dans le boîtier. Conséquence : l’entreprise en question a été condamnée pour atteinte à la vie privée. Bien qu’en essayant de justifier cette caméra par une mesure de sécurité, elle n’obtiendra pas gain de cause.
De nos jours, les nouvelles technologies « fliquent » le salarié dans un nombre croissant d’entreprises. Rien de plus facile désormais que de traquer le temps consacré à autre chose que le travail, filtrer les mails, consulter les sites internet visités... Pourtant, l’outil ne devrait pas servir à autre chose que ce à quoi il est destiné. L’ordinateur n’a pas pour fonction de moucharder, pas plus que les caméras de surveillance à révéler autre chose que les vols.
Un consultant soulignait à cet égard que depuis les attentats terroristes qu’a connus le Maroc, plusieurs entreprises se sont empressées de mettre en place des caméras pour des raisons de sécurité. Toutefois, ces outils sont parfois utilisés de manière suspicieuse.

Mais c’est dans internet où les dérives sont nombreuses. Devant la multiplicité des accès au net et la généralisation de la messagerie, beaucoup d’employés basculent et franchissent les limites : la messagerie regorge de courriers personnels et le temps consacré à la consultation dépasse parfois l’acceptable. Le patron peut-il chercher à connaître le contenu de toute la correspondance ? Oui, répond un responsable du parc informatique d’une SSII de la place. « Toutes les connexions internet peuvent être archivées. Nous pouvons ainsi accéder aux mails, aux fichiers, connaître la durée et l’historique des connexions sur plusieurs semaines... Mais nous ne pouvons légalement rien utiliser si le salarié n’a pas été informé du contrôle », précise-t-il.

Lire la suite ici : http://www.lavieeco.com/news/la-vie-eco-carrieres/quand-les-salaries-sont-fliques-par-leur-employeur-23349.html

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Le Projet

Sous-Surveillance.net est une cartographie participative, collaborative et accessible au plus grand nombre.

Elle permet de rendre visible la prolifération des caméras tout en collectant un maximum d’informations les concernant.

Dès maintenant, chacun et chacune peut s’approprier le site, lutter, agir, participer, partager ses idées, informer, consulter la revue de presse et se réapproprier l’espace urbain !

Contact

Pour nous contacter, créer un sous-surveillance dans votre ville ou participer au projet, écrivez-nous :
contact [arobase] sous-surveillance.net
Clé PGP : 0x9651304952C31F6B
Empreinte clef : D65A B9BB 08E3 370F A3BD E1A4 9651 3049 52C3 1F6B